Donald Trump et l’Etat Islamique : ses promesses pour gagner la guerre d’idéologies

Détruire l'Etat Islamique

« Nous détruirons l’islamisme radical, comme nous avons détruit les menaces du siècle précédent, » rugit Donald Trump lors de son discours sur l’Etat Islamique à Washington DC, le 27 avril 2016. Le candidat républicain à la présidentielle américaine montre volonté et détermination de vaincre l’Etat Islamique, comme les Etats-Unis ont triomphé sur l’URSS en 1991.

Selon Donald Trump, l’expansion de l’Etat Islamique est la conséquence directe des choix politiques du Président Obama (2008-2016) et de la secrétaire d’état Hillary Clinton (2009-2013).

En réponse à cette politique qu’il dénonce comme ineffective, monsieur Trump promet la prise de mesures draconiennes afin de sortir vainqueur de la guerre d’idéologies dans laquelle les occidentaux se sont embarqués. Donald Trump tient à informer ses électeurs de l’urgence extrême de « détruire » l’Etat Islamique.  Alors, entre solutions brutales et pacifiques, monsieur Trump nous emporte au cœur de sa politique étrangère en tant que futur président.

Une conférence internationale

En nous rappelant que les intérêts des Etats-Unis passent avant tout, monsieur Trump propose en premier lieu une conférence internationale, afin de mettre en place une stratégie pour combattre l’Etat Islamique. Trump se dit prêt à travailler aux côtés des pays arabes et du Moyen Orient comme Israël, la Jordanie, et l’Egypte. Il décrit même les pays près à détruire l’Etat Islamique comme ses alliés. La volonté des pays arabes à travailler côtés de Donal Trump pourrait cependant s’annoncer comme un obstacle pour la mise en place de la conférence. En effet, les propos du candidat sur les arabes et les musulmans font souvent état de polémique. La question se pose alors : les pays arabes seront-ils présents à cette conférence promise ?

S’ajoute à l’idée de conférence internationale une proposition de coopération plus en profondeur avec l’OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord), qui a récemment mis en place une un plan concentré sur la menace terroriste.

Alliance avec la Russie

Ensuite, Monsieur Trump propose de coopérer avec la Russie. En effet, malgré des relations diplomatiques historiquement mouvementées, monsieur Trump juge que s’allier avec ce pays serait un facteur majeur pour le triomphe de l’occident sur l’islamisme radical.

Le candidat à la présidentielle américaine promet de dépister et neutraliser le financement de l'Etat Islamique, intensifier les échanges de renseignements avec les pays alliés, et mener une « cyber war » (autrement dit une guerre informatique) afin de mettre hors d’action leur système de propagande et de recrutement en ligne.

Stop à l'immigration

Une réforme de l’immigration s’annonce aussi au programme : « Nous devons laisser entrer sur ce territoire ceux qui partagent nos valeurs et qui respectent notre peuple, » déclare Trump. En d’autres termes, le candidat républicain prévoit la mise en place d’un examen de filtrage, afin de déterminer l’idéologie de l’individu tentant de rentrer aux Etats Unis. Les sympathisants de l’islamisme radical pourront donc être évincés. Le candidat à la présidentielle ajoute : « Ceux qui ne croient pas en notre Constitution, ceux qui défendent la haine ne seront pas admis dans notre pays. »

Par conséquent, Donald Trump prévoit, dès le debut de son mandat, la suspension temporaire de l’entrée sur le territoire américain d’individus venant de « régions du monde dangereuses et volatiles » et de « régions connues pour cacher des terroristes. » Les visas cesseront donc d’être distribués aux individus venant de ces régions jusqu’à ce que le contexte du pays s’améliore.

La mise en place d'un comité sur l'Islamisme radical

Sans rentrer dans les détails, monsieur Trump chercher à amplifier les voix des personnes oppressées par des idées islamistes fondamentalistes, comme les femmes et les homosexuels, à travers la création d'un comité sur l’islam radical.

« Pour faire de l’Amérique un pays sécurisé comme avant, non devons travailler ensemble comme avant. »

Toujours en s’inspirant de la Guerre Froide, monsieur Trump prévoit de mener une bataille d’idéologies en mettant en avant « l’idéologie américaine » afin de contrer l’islamisme radical. En effet, le candidat propose d’étaler les valeurs et le way of life américain, afin de valoriser, d’attirer et d’étendre l’admiration étrangère pour la culture américaine. Il finit son discours en exprimant son patriotisme : « L’assimilation n’est pas un acte hostile, mais l’expression de notre compassion. Notre système politique, et notre culture sont les meilleurs du monde et tous ceux qui les adopteront obtiendront une vie meilleure. »

En résumé, la politique étrangère de Donald Trump s’annonce mouvementée et rythmée de mesures relativement brutales et pacifiques, qui, les américaines l’espèrent, écarteront le danger que représente le terrorisme aujourd’hui.

Ajouter un commentaire